DIRECTEUR DE LA PRODUCTION

Martin Hannaford

Le Ski~Mojo est au ski ce que le turbo est à la voiture ou ce que le moteur électrique est au vélo. Il a été imaginé sur les pentes de Courchevel et reste fabriqué en Europe.

Il est adoré dans le monde entier par ceux qui veulent parfaire leur technique, allonger leur journée de ski, réduire les chocs et éradiquer la douleur. Ce produit est unique et ses bienfaits ont un impact positif sur la vie de ses utilisateurs

Leurs avis comptent

Découvrez les témoignages vidéos des utilisateurs du Ski~Mojo !

Une saison avec le Ski-Mojo. Gérard, moniteur ESF à Ax...
1 2 3 4

Ecrivez dans le livre d'or

 
 
 
 
 
 
 
Les champs marqués d'une * sont obligatoires.
Votre adresse E-mail ne sera pas publiée.
Pour des raisons de sécurité, nous enregistrons votre adresse 34.203.213.116.
Votre commentaire sur le livre d'or ne sera publié qu'après validation.
Nous nous réservons le droit de ne pas publier votre commentaire si celui-ci ne respectait pas les règles élémentaires de politesse ou s'il s'agissait de spam.
116 messages.
Froissart Marie héLene Froissart Marie héLene de Saint prix a écrit le janvier 10, 2019 à 6:13:
Bonjour, j'ai 63 ans et prof d.eps à la retraite. Sur les conseils d’un ami guide, j'ai essayé le ski mojo alors que j'ai 2 prothèses de hanches et 2 genoux en attente de prothèses. Quel plaisir! J’ai retrouvé mon de ski de jeunesse. Cependant je m’interroge sur le risque de luxation de la prothèse en cas de chute avec déchaussage. La jambe doit se tendre ..... quels sont les risques? J’envisage de l’acheter . Merci pour vos avis et vos conseils
Réponse d'administrateur par :  admin
Bonjour Marie, Merci pour votre message suite à votre essai. Les risques en ski ne sont jamais nul. Cependant, de nombreux chirurgiens orthopédistes qui ont comme vous essayé le Ski-Mojo recommandent son utilisation avant et après la pose de la prothèse car ils estiment que cet équipement décharge les genoux d'une bonne partie des pressions. En cas de chute, nous n'avons aujourd'hui noté aucun accident aggravant la blessure (si blessure). Bien souvent nous recevons des messages plutôt positifs estimant que le Ski-Mojo a soit évité ou réduit la blessure soit évité la chute. Ceci ne veut pour autant pas dire que ça ne peut pas arriver. Le Ski-Mojo n'est pas une armure infaillible et comme déjà dit, le ski est un sport à risque. La responsabilité de la poursuite de cette activité vous incombe en toute connaissance de cause.
derennes derennes de saint philibert a écrit le janvier 7, 2019 à 9:47:
Bonjour, Je me suis intéressé au ski mojo depuis plusieurs années sans jusqu'à cette année franchir le pas. C'est juste un plaisir retrouvé dans la pratique du ski tout au long de la journée. Je skiais un peu "en force" pour pallier des problèmes de ménisque sur un genou et de ligament sur l'autre. Très contracté de fait par peur d'une chute car même en marchand mes genoux peuvent se dérober.... Le Ski-mojo a été installé par Chabloz Sport (très bonne équipe à St Luc) en mode prêt/test la première journée pour parfaire les réglages et valider l'achat. 100% convaincu, j'ai pu skier toute la journée sans ressentir le besoin de forcer et en toute liberté. pas de gène, un vrais bonheur. J'en ai même acheté un deuxième pour Marie qui bien que très bonne skieuses commençait à ne plus pouvoir tenir des journées complètes sur les skis. Des journées à 60km de ski à faire virages sur virages, grande paraboles, grosses prises de quart. Merci à Ski-Mojo, merci à Chabloz Sportlaurent
Réponse d'administrateur par :  admin
Merci Laurent et merci à Dany, Kevin et Marc à Saint Luc
Barthelet pierre Barthelet pierre de Cormaranche en bugey a écrit le janvier 4, 2019 à 4:23:
Incroyable...Je pensais avoir fini ma "carrière" de ski et ça je ne voulais pas.je viens de finir une super semaine de ski....375 km avec application. et aucune douleur...seule une douleur celle de s arrêter à cause de la nuit. Tout ça grâce à ski mojo car plus de ligaments aux 2 genoux depuis 20 ans et 120 kg à faire charger... Un très heureux ( renouveau ) skieur
Réponse d'administrateur par :  admin
Merci Pierre pour ce témoignage. Nous sommes tellement heureux que le Ski-Mojo vous ait rendu le plaisir de skier pour quelques bonnes années encore.
Lefebvre Jean Lefebvre Jean de Caen a écrit le juillet 5, 2018 à 8:46:
A 67 ans les douleurs aux genoux m'avaient rendu la pratique du ski trop difficile. Après test puis acquisition de Ski-Mojo j'ai pu retrouver un grand plaisir à skier plusieurs journées complètes avec seulement un court arrêt pique-nique. La dernière journée de la semaine a été excellente jusqu'à la fin de la dernière descente. Il y a longtemps que j'avais ressenti un tel plaisir. Quelques petites douleurs encore mais très supportables. Je confirme la tendance de l'appareil à descendre. L'idée du short semble judicieuse. A voir. J'ai fait part de cette expérience à quelques amis aux genoux usés ainsi qu'à mon kiné. J'attends avec impatience l'hiver prochain.
pérolini franck pérolini franck de chamonix a écrit le mai 23, 2018 à 11:45:
Le Ski-Mojo ne fait pas tout mais il aide bien ( on peut faire une comparaison avec un vélo électrique par rapport à un vélo normal : il faut pédaler mais c'est plus facile !). Je skie 2 à 4 fois par semaine de décembre à mai et quasiment tout le temps aux Grands montets à Chamonix donc principalement en hors piste. Prenant de l'âge j'ai acheté cet appareil afin de pouvoir continuer à enchainer en non stop des descentes de plus de 1000 m de dénivelé à vive allure. Je vous livre mes constatations après une saison d'usage. En fonctionnement : Le Ski-Mojo est effectivement plaisant sur piste ou en hors piste mais uniquement avec des skis qui ont un rocker arrière. Je m'explique :le ressort provoque une extension plus rapide de la jambe lors d'un allégement et donc l'arrière du ski a tendance à "accrocher" la neige avant la fin du virage, cela est un peu déséquilibrant dans des pentes raides de plus le toucher de neige est moins précis. Avec des skis à cambre inversé il n'y a par contre aucun problème quelque soit la neige ou la pente. Sur piste (ou hors piste facile) on skie plus à plat (sans allègement) et là c'est parfait !Hors fonctionnement: Tant que le Ski-Mojo est connecté aux chaussures de skis aucun problème mais lorsqu'on le déconnecte tout l'appareil à tendance à descendre et ce malgré les bretelles. Un short à la place de la sangle serait peut-être la solution ? Bon ski avec ou sans Ski-Mojo !
Réponse de l’administrateur :
Merci Franck pour ce retour très précis et détaillé. Nous avons très prochainement une journée de travail avec le fabricant et nous lui ferons part de votre suggestion pour ce short qui revient bien souvent dans les remarques de nos utilisateurs. Bon ski à vous.
MAZAS MAZAS de Rémi a écrit le mai 4, 2018 à 9:35:
L'essayer c'est l'adopter !J'ai pu doubler mon temps de ski chaque jour, sans douleurs aux jambes.
GRANDCOLAS GRANDCOLAS de BOULOGNE BILLANCOURT a écrit le mai 3, 2018 à 5:37:
Incroyable ski Mojo. Essayé chez Jules Melquiond Sports cet hiver, c'est une vraie surprise. Non seulement le Ski-Mojo est rassurant, moi qui souffre depuis la naissance de soucis de flexions au niveau des chevilles, mais c'est rassurant, plaquant l'avant des skis sur la neige. On fatigue vraiment moins et quand le harnais aura été amélioré (un short ou un pantalon pré-equipé), le produit sera génial. Bravo.
Réponse de l’administrateur :
Merci pour votre retour dans notre livre d'or. Le fabricant travaille depuis quelques années maintenant sur un short et nous lui feront part de votre suggestion lors de notre prochaine rencontre. Mais dans tous les cas, il n'est pas prévu que ce short fasse partie du kit de base pour éviter un prix trop élevé sur un système qui fonctionne déjà très bien. Dans le cas d'une commercialisation du short, il s'agira d'une option supplémentaire que nous souhaitons compatible avec le harnais actuel.
LEMAIRE LEMAIRE de IGNY a écrit le avril 14, 2018 à 3:30:
VOILA, à 66 ANS JE VIENS D'ACHEVER 8 JOURS DE SKI A VAL THORENS AVEC TRÈS PEU DE DOULEURS AUX GENOUX. J'ai prolongé mon séjour de deux jours grace au Ski-Mojo, alors que je suis à la limite de la prothèse (c'est pour vous dire) au genou droit tellement l'arthrose est dense. Merci au personnel et au responsable du magasin ZENITH de Val Thorens pour l'accueil.
Luc BAUVIN Luc BAUVIN de Rueil a écrit le avril 11, 2018 à 11:15:
Bonjour,75 ans, 45 ans de courses à pied, dont Marathons à partir de 56 ans, je skiais avant ma retraite environ 2 semaines par an de l'ouverture à la fermeture des remontées et malgré mon entraînement physique, j'avais souvent les quadriceps en feu en fin de journée. A partir de ma retraite il y a un peu de 10 ans, je suis passé à 4 à 5 semaines par an. Depuis l'été 2016 où un excès de brasse à la piscine des Arcs m'a achevé un ménisque probablement bien usé, je galère avec un genou qui bricole et m'a empêché depuis cette date, de profiter de la course et du ski. En janvier de cette année, rando en Patagonie avec beaucoup de souffrance et d'anti-inflammatoires. Je débarque aux Arcs mi-mars sans préparation physique et avec des conditions de neige pas faciles, dont pistes matinales très dures. Dès le premier jour, une nièce, encore plus cassée que moi, me fait la démonstration de son ski-mojo. Le lendemain je fais un test de 2 jours et dans la foulée j'achetais le mien... Immédiatement j'ai compris que sur la neige dure je gagnais tout : peu de douleurs de genou, plus de quadriceps qui brûlent !!! Et ensuite j'ai compris que sur tous types de neige c'était gagnant. Et le plus impressionnant c'est que mon genou va beaucoup mieux que lorsque je suis arrivé il y a 2 semaines.
SAINT-PIERRE GILLES SAINT-PIERRE GILLES de BEAUREGARD a écrit le avril 9, 2018 à 2:23:
J'ai testé lors du derby de la Meije 2018. J'ai 61 ans et j'ai des problèmes de ménisque et d'arthrose au genou droit (l'autre a déjà subit une opération de réduction des ménisques et des ligaments croisés en 1992). Depuis deux ans ma pratique du ski se limitait à 3 heures pour finir en boitant. Donc j'ai essayé ce Week-end à la Grave (magasin Snowlegend à recommander). Sur la course, j'ai pas trop vu de différence lorsque, comme moi on a plus la "caisse", mais sur le retour de l'arrivée jusqu'au village, dans les bosses, et malgré une fatigue liée à mon âge, je n'ai pas eu ni "déboîtement" du genou et surtout aucune douleur. Une expérience à poursuivre, sauf quand on a pas l'habitude, il faut prévoir une bonne demi-heure de préparation.
Fermer le menu